CONFÉRENCES 2022

Octobre

3 octobre

Du loup au chien

Pierre JOUVENTIN
Ancien Directeur de laboratoire d'écologie CNRS
Le loup est à l’origine des chiens dont la création par l’homme précède de 25.000 ans  l’agriculture et l’élevage ! Pierre Jouventin a fait paraître chez Flammarion ‘Kamala, une louve dans ma famille’ qui raconte l’élevage d’une louve sauvée de l’euthanasie et intégrée dans sa famille en plein Montpellier, il y a un demi-siècle… Il vient de publier un ‘Guide d’éducation éthologique du chien (à partir du loup)’ chez Ulmer, puis ‘Le loup, ce mal-aimé qui nous ressemble’ chez humenSciences. Un chapitre entier est consacré aux liens entre loup et chiens : c’est le sujet de cette conférence qui donne ‘le mode d’emploi’ des chiens. Il faut savoir comment et pourquoi l’homme les a créé  pour les comprendre !


10 octobre

Berlin au XXème siècle : histoire et mémoire
Frédérique SALAVILLE 
Professeure agrégée d'histoire, formatrice académique

Fallait-il raser le bunker d’Hitler ? Pourquoi avoir fait disparaitre le Mur ? Berlin doit-elle au contraire devenir la ville des mémoriaux ? 

Berlin est une ville d’histoire. Comme Paris et surtout Rome. Mais alors qu’à Rome, l’histoire offre à travers les époques un riche patrimoine mis en valeur et exalté, à Berlin l’histoire est chaotique et marquée par la volonté permanente de détruire les traces du passé. Car Berlin est avant tout une ville symbolique où les régimes se sont succédé voire ont cohabité tout au long du XXème siècle, chacun voulant affirmer sa supériorité en façonnant la ville à son image.


  17 octobre

Fous de chats et chiens, enquête sur une passion française
Philippe VILLEMUS 
Enseignant Montpellier Business School, spécialiste marketing, essayiste

Dans cette conférence M. V. nous convie à un fascinant voyage, dans l'histoire et le présent, à la découverte surprenante des relations entre les humains et les chats du 21ème siècle. Il nous invite à mieux comprendre le phénomène culturel, social économique et émotionnel majeur que le chat est devenu sans faire de bruit, à pas de velours … Car le chat, animal rebelle, séducteur et indépendant, est un des miroirs de notre société.


Novembre

7 novembre

Histoire et mémoires : les génocides
Patricia SCHOEBEL 
Professeure agrégée d’histoire géographie

 

 « Alors que de nombreux chefs d’Etat, dont Emmanuel Macron, se trouvent en Israël jeudi 23 janvier pour la Journée de l’Holocauste, à l’occasion des 75 ans de la libération du camp d’Auschwitz, un sondage de l’institut américain Schoen, publié la veille, signale que la connaissance du génocide des Juifs souffre, en France, de « lacunes critiques». Selon l’institut mandaté par la Jewish Claim Conference, une majorité de Français (57 %) ignorent le nombre de Juifs tués durant la Shoah – 6 millions –, une proportion qui s’élève à 69 % chez les moins de 38 ans. Et 16 % des personnes interrogées disent « ne pas avoir entendu parler » de la Shoah, un chiffre qui monte à 25 % chez les moins de 38 ans. En décembre 2018, un sondage de l’institut IFOP pour la Fondation Jean Jaurès faisait déjà état d’une telle tendance. » 

Ainsi commençait le 24 janvier 2020 un article publié dans le Monde dans lequel était ensuite interrogé Sébastien Ledoux, professeur d’histoire, enseignant à Sciences Po et spécialiste du « devoir de mémoire ». Faut-il s’alarmer de ces chiffres ? Que disent-ils de notre façon en France d’interroger le passé, de l’enseigner ? Le mot « shoah » est-il connu de tous ? Assiste-t-on à un effacement de la mémoire de la 2nde GM et des crimes commis ? Toutes les mémoires se valent-elles ? Autant de questions qui nécessitent un retour sur les notions de « génocide », de « devoir de mémoire », sur les liens entre « mémoire et histoire » qui n’ont pas toujours été apaisés, qu’il a fallu tisser et qui restent encore à construire quand il s’agit de faits plus récents comme ceux survenus en ex-Yougoslavie ou au Rwanda dans les années 1990. 


14 novembre

On n’a jamais aussi bien et aussi mal mangé
Patrick CARON 
VPt de l’Université de Mtp, Expert du Comité des Nations Unies pour la Sécurité alimentaire mondiale

Alors que jusqu'à la moitié du 20ème siècle, la moitié de la population mondiale vivait avec l'angoisse de ne pas trouver à manger chaque jour, tel n'est plus le cas aujourd'hui. L'allongement de l'espérance de vie atteste des incroyables progrès réalisés. Dans le même temps, les conséquences environnementales, sociales et sanitaires des transformations opérées mettent en péril la planète et sont devenues inacceptables. Cette situation pose de nouvelles questions et invite à repenser complètement l'aliment et l'alimentation. De même qu’il nous a fallu opérer une révolution des systèmes agricoles, c’est à une révolution des systèmes alimentaires qu’il faut nous préparer, en tenant compte de la diversité des contextes et en affirmant les liens entre santé humaine, santé des écosystèmes et justice sociale. Un sacré défi nous attend !


21 novembre

Le paradigme de l’expansion de l’Univers : Cohérence ou Hasard ?
Denis PUY 
Professeur à l’Université de Montpellier, 
Directeur du Laboratoire Univers et particules

L’expansion de l’Univers est une des conséquences de la théorie de la Relativité́ Générale d’Albert Einstein des plus élaborées et des plus vérifiées par les observations. Ce paradigme permet de concevoir une histoire temporelle à l’Univers. Dans cette conférence, outre de rappeler comment ce paradigme fut conçu théoriquement, seront montrésles faits observationnels qui ont permis de corroborer cette théorie. Seront discutés alors les possibles scénarios d’évolution de l’Univers, et sera abordée la difficile question de « l’origine » de ce paradigme expansion : cohérence d’une vaste théorie ou théorie du hasard ? 


28 novembre

La génétique moléculaire : définition et applications
Hervé SEITZ 
Chercheur au CNRS, spécialiste en génétique moléculaire

Les progrès récents de la génétique moléculaire permettent des innovations technologiques qui suscitent parfois l'espoir, parfois l'inquiétude - souvent les deux à la fois. Le public est appelé à se prononcer sur des questions complexes : les citoyens sont sollicités pour faire des dons à la recherche sur les maladies génétiques, le consommateur se voit proposer des produits génétiquement modifiés, le patient a la possibilité de faire séquencer son génome, ..., alors que le grand public ne possède pas toutes les connaissances nécessaires pour se faire une opinion éclairée. Cette conférence visera à exposer en termes clairs les problèmes que se pose la société sur les questions de génétique.


Décembre

5 décembre

Montpellier en question
Alexandre BRUN 
Maître de Conférences HDR, Département de Géographie et Aménagement Université Paul Valéry Montpellier 

Montpellier, comme Nantes, Toulouse, Strasbourg ou Bordeaux, figure périodiquement au palmarès des villes où il fait bon vivre. Outre l'ensoleillement, le territoire ne manque pas d'atouts (sport, université, dessertes, etc.). Cela se traduit aux plans démographique et urbain : la population augmente à un rythme soutenu depuis les années 1960 et de nouveaux quartiers sortent régulièrement de terre. Afin de conserver son attractivité, la métropole poursuit de nombreux chantiers dans la ville centre et en périphérie (mobilités douces, transports en commun, logement social, équipements culturels et sportifs...). Reste que ce développement suscite beaucoup d'interrogations pour l'avenir. L'agglomération de Montpellier s'étend aux dépens des campagnes alentours et les gisements fonciers manquent désormais. La métropole s'expose de plus en plus aux aléas (inondations...) et l'économie demeure fragile.


12 décembre

La décolonisation de l’empire français, entre histoire et mémoire, 1945 – 1962
Pierre JOURNOUD 
Professeur d'histoire contemporaine Université 
Paul-Valéry Montpellier 3

 

La décolonisation de l'empire français. Comment la sortir, aujourd'hui, des guerres ou des dénis de mémoire ? 
Inégalement polarisée dans la mémoire collective par les dramatiques guerres qui ont ensanglanté le Vietnam puis l'Algérie, la décolonisation est souvent réduite à ses aspects politico-militaires, enfermée dans des espaces trop étanches et une temporalité trop brève, cantonnée à une poignée de destins charismatiques et fortement médiatisés. Pour l'arracher aux interprétations manichéennes qui prétendent la résumer et monopolisent trop souvent le débat politique, il importe de lui redonner toute sa profondeur historique et toute son épaisseur géographique, de restituer la diversité de ses modalités et la pluralité de ses mémoires, en l'enracinant dans le vécu de celles et ceux qui l'ont vécue. Un exercice difficile mais salutaire.